Décret n°78-993 du 4 octobre 1978, modifié par n°80-709 du 5 septembre 1980

L’échange standard est encadré par la loi. Il s'agit du décret n°78-993 du 4 octobre 1978, modifié par celui n°80-709 du 5 septembre 1980 : La mention "échange standard" ne peut être utilisée pour désigner, en vue de la vente, un moteur, un organe ou un sous- ensemble monté ou destiné à être monté sur un véhicule automobile, en remplacement d'un élément usagé qui fait l'objet d'une reprise , que si le moteur, l'organe ou le sous-ensemble livré, identique ou équivalent, est neuf ou a été remis en état conformément aux spécifications du fabricant, soit par celui-ci, soit dans un atelier dont les moyens de production et de contrôle permettent de garantir les caractéristiques d'origine.

Décret n° 2016-703 du 30 mai 2016 relatif à l'utilisation de pièces de rechange automobiles issues de l'économie circulaire

Publics concernés : professionnels commercialisant des prestations d'entretien ou de réparation de véhicules automobiles, centres VHU (véhicules hors d'usage) agréés, entreprises du secteur de l'automobile.
Objet : pièces de rechange automobiles issues de l'économie circulaire.
Entrée en vigueur : le décret entre en vigueur le 1er janvier 2017.
Notice : le décret fixe les modalités et conditions selon lesquelles les professionnels commercialisant des prestations d'entretien ou de réparation de véhicules doivent mettre les consommateurs à même d'opter pour l'utilisation, pour certaines catégories de pièces de rechange, de pièces issues de l'économie circulaire, à la place de pièces neuves.

Faites un geste écologique avec l'économie circulaire !

La reconstruction en échange standard nécessite des usinages de précision peu consommateurs d’énergie et permet, par le recyclage d’éléments principaux de l'organe, d’éviter c'est le cas du neuf : la fourniture de matière première, fonte, acier, aluminium donc l’énorme consommation d’énergie pour l’élaboration de ces matériaux puis leur transformation.

Ces économies d’énergie s'inscrivent de facto dans l’écologie.

La logistique : les pièces sont livrées dans des emballages récupérables et donc recyclables, servant au retour des vieilles matières consignées.

Dans le cadre réglementé de l'échange standard, les pièces rénovées répondent au cahier des charges constructeur.

En échange standard, quelles sont les pièces remplacées et celles qui sont rénovées ?

Pièces neuves

Pièces rénovées

pièce auto neuve

pièce auto rénovée

 

Contrôle minutieux des pièces

Le processus commence d'abord par la réception des vieilles matières en usine. Ces dernières sont alors entièrement démontées et contrôlées. Les pièces qui peuvent être récupérées et rénovées sont alors sélectionnées et les pièces hors d'usage sont mises au rebus.

Les pièces sélectionnées sont alors contrôlées méticuleusement pour qu'elles répondent aux normes constructeur et toutes les pièces sont passées à l'épreuve pour certifier l'absence de fissure ou d'étanchéité.

Nettoyage, usinage, assemblage, banc d'essai

Usinage

Contrôle magnétoscopique du vilebrequin, rectification des vilebrequins, usinage des blocs. Montage des chemises, pour respecter le diamètre d’origine.
Glaçage, montage moteur.

Respect du cahier des charges

par le contrôle du logement coussinets, du dépassement piston, de l’état de surface, le calage d’une pompe d’injection avec comparateur.

Validation qualité

Passage au banc d’essai et finitions avant stockage. Le moteur tourne pendant une heure.
Validation du technicien

Pièces neuves

Toujours dans le cadre du cahier des charges stricte de l'échange standard, de nombreuses pièces sont remplacées par des neuves d'origine.